Outils du site


paroles:tagadajones

Paroles

Tagada Jones

Accoutumance

Quand au petit matin, vers 13H je prends mon café Je me demande bien qui va pouvoir me faire marrer Surement pas le poste de connerie télévisé Mais peut-être la luzerne que j'ai cultivée

Le gros 2 feuilles que l'on roule à peine réveillé Vaut bien le stress et l'angoisse de toute ta société Si le gros Le Pen fumait 2 ou 3 sticks dans sa journée Peut-être que le Maroc serait son voyage préféré

Alors pourquoi on interdit une tranche de bonheur dans sa vie Si l'alcool partait en fumée, tout le monde l'autoriserait

Quand j'entends le mot de LEGALISER Je ressents déjà tous mes sens s'exciter Quand plus tard on ne parle plus que de dépenaliser Là c'est la colére que je sens monter

La moitié de la France se shout au temesta Quand à l'autre moitié, je préfére ne pas en parler Alors s'il vous plait épargner-moi le speech de l'accoutumance Quand se fixer au sédatif est un mot d'ordre pour la France

Les affranchis

1928 est une mauvaise année En Bretagne près de la Trinité Un défaut génétique de la science Et je crains que l'histoire recommence.

OAS, organe de sécurité Au nom de la France à l'étranger Le capitaine à l'œil bandé Met du cœur à l'ouvrage pour torturer. Un fou organisé

Dans les années 70 vient le pire Un sérieux pas en retrait pour l'avenir Le front impopulaire de la race blanche Menace en toute âme et conscience

Le maître dirige le camp de l'extrême Dictature sur le bateau de la haine Les discours parlent d'immigration Mais le cœur lui pense à l'extermination.

Les affranchis ont quitté le paquebot de la haine Les affranchis ont banni le parti de l'extrême Les affranchis, peuvent être pire à mon avis !!!

Le second et ses hommes sont partis Provoquant la colère de l'ennemi Ce qu'ils pensent N'envisage rien de bon en France.

“les deux hommes vont se mener une guerre fratricide et sans merci et il faut espérer pour continuer vivre dans l'harmonie des peuples et des cultures, que l'orgueil et l'honneur dominant ces deux individus les conduiront à s'entretuer, je le répète…”

Askatuta

Au centre de l'Europe, une région défend ses traditions Partagée par 2 pays ces hommes refusent d'être soumis La volonté d'indépendance les a conduit à la violence Sous le nom de l'E.T.A, ils ont formé une guérilla. Contre l'horreur des attentats l'état ne pliera pas L'Espagne ne cédera pas EUSKAL HERRIA.

QUAND LES AMIS DE FRANCO REPRENNENT LE FLAMBEAU Le PP négociateur est un parti de dictateur Il stoppe à jamais le processus de paix Il déploie dans les villes la Guardia Civil L'ombre de Franco plane sur la liberté de l'Espagne.

Askatuta

“dans les bureaux les négociations se font à grands coups de ceinturons, tandis que sur le terrain l'E.T.A exécute les politiciens”

Coincée la population ne peut pas prendre position, Divisés dans l'opinion, ces gens attendent la solution.

Assez

L'ouest se qualifie d'état ou règne la démocratie Pays des libertés où toute faute est sanctionnée Ce n'est pas la peine de croire en l'éternité Les rêves ne sont jamais graciés, au pays de “ W ”

Dans les couloirs s'évaporent Les dissidents de la mort, arrêtez… Entassés dans les couloirs du temps Hommes et femmes, noirs ou blancs Attendent l'heure du châtiment, Le destin des mécréants

Le gouverneur approuve les idées des hommes blancs cagoulés. Condamne sans pitié, exécute jusqu'au dernier. Ce n'est pas la peine de se voiler la face L'épuration refait surface L'ignorance devient une menace.

Assez ! ,des maîtres du monde Assez !, des leçons par les bombes civilisés au point de tuer l'icône n'est elle pas souillée Les droits de l'homme peuvent trembler Le tout puissant américain prône la peine de mort Et s'impose en redresseur de tord Assez !

Aux USA le tiers des exécutions sont programmées Sur les terres du serial killer “ W ” L'oncle Sam s'est fait la main en jouant le rôle du puritain Lui l'inculte au passé sombre empoigne les rennes du monde.

Autodestruction

Les faits sont là pour le prouver, un léger voyage dans le passé Une récolte de preuves accablantes, sur les méfaits de la race dominante.

Si le futur doit être changé, il faut d'abord s'attaquer au passé Et envoyer un candidat suicide pour éviter les génocides.

Comité d'éthique, des sciences politiques, département psy Rapport psychique, étude chromosomique, d'un être physique Avide de pouvoir, ôté de savoir, inhibé de compassion L'espèce humaine, s'est entretuée, excès de vanité.

Autodestruction

v “l'émissaire chargé de la mission devra impérativement inculquer à la race humaine: la solidarité, la générosité, et l'amour d'autrui….”

Autodestruction

Et même si on ne le croît pas, la race humaine disparaîtra, Exterminée en somme par ce que vous appelez les hommes.

D'autres sonorités

Martelée, répétée, certains l'aiment bien rythmée Saturée, éraillée, d'autres déjantée Mélodique, artistique, certains l'aiment harmonisée Double kick, fantastique, d'autres bien frappée. La musique c'est d'abord faire vibrer, Des sensations que rien ne pourra remplacer Acceptez, tolérez que d'autres puissent écouter, S'éclater et vibrer sur d'autres sonorités

Quoi tu n'aimes pas, comment ça tu kiffes pas Ca c'est de la musique, la seule, la vraie, l'unique ! Hey, écoutes ça, ça c'est d'la grosse balle, Prends ça dans ta face, libère la place.

Cette réaction symbolise des tas de visions, Trop courantes pour notre civilisation. Je croyais y échapper et je baigne dedans, Maintenant je comprend que le mal se répand.

Et pourtant, les goûts changent fréquemment, et varient dans le temps Et pourtant, souvent les sons d'antan font crisser vos tympans Le temps de l'intolérance désormais expire Finies les idées racistes partout j'entends dire Alors appliquez simplement vos idées Acceptez, tolérez que d'autres puissent écouter D'autres sonorités

Moi je ne demande pas Que tout le monde aime ça, Je veux juste faire entendre, Les goûts n'ont pas à se défendre.

Bouge!

Qu'est ce donc qui me dérange ? Rien, tout va bien, Je n'ai plus peur de rien, allez, allez Allez bouge !.

Je me suis aventuré, à me changer les idées, A peine assis au bar, je subis les regards, Paralysant ma voix, mes gestes et ma pensée Ces yeux me glacent le sang et soudain le mal me prend

Un complot éclos dans mon dos Un complot martèle mon cerveau Complot ou parano Un complot monté par mon ego

Je sens des yeux rivés, sur ma personnalité Je sens des yeux rivés, qui lisent dans mes pensées Et en tournant la tête, je cherche une cigarette, Moyen de compenser, le malaise que je sens monter.

Un combat qui commence en moi Un combat que je n'assume pas

Maître de moi, les nerfs doivent me griser Je reprend de la voix, et commence à rétorquer. Quel évidence, j'inverse la cadence. Maître de moi, je dois me contrôler, Assumer ma personnalité. Allez bouge !

Seul face aux démons Qui jouent de mes émotions. Seul face aux démons Qui tiennent les rênes de ma raison.

Le bouton rouge

1986 Souvenez-vous Le nuage chimique D'une centrale atomique A tout balayé de l'histoire civilisé Vent de panique sur la ville ce qu'il reste de Tchernobil

Refusez lz nucléaire Et les armes de guerre Refusez lz nucléaire Et les armes de guerre

Alors moi je vous demande Qui pourra sauver le monde Quand un beau militaire Fera peter le Terre Une centrale nucléaire N'est rien face à l'arme de guerre Une fois le bouton pressé Rien ne peut nous sauver

C'est la guerre du nucléaire

Qui peut bien avoir le droit d'appuyer sur le bouton rouge ?!

Chile

Salvador Allende,

En 73 est assassiné Par Augusto Pinochet, Général en chef des armées

Il organise la répression, Anéantit l'opposition, Impose à la terre des Andes, La dictature, les réprimandes

le général éxilé a toujours L'immunité le général éxilé est toujours protégé le général éxilé doit être condamné

Le prix Nobel de la paix Pablo Neruda criait Les injustices de l'île noire Dans des poèmes à sa gloire

Mais dans l'histoire, une fois de plus C'est le mal qui aura vaincu Santiago a souffert pour rien La dictature s'en sort bien.

Démence

HP de la Salpetrière, Département des aliénés Le Dr PINEL propose de soigner, Les locataires du quartier de sécurité

LES ALIENES…

Troubles pathologiques du comportement La thérapie ne prône pas l'isolement Mais dès le 30 juin 1938 On ouvre les hôpitaux psychiatriques

LE TRAITEMENT RATIONNEL DE LA FOLIE SE REMPLACE PAR L'INSULINOTHERAPIE AU STADE DE LA DEGENERESCENCE LES LESIONS CEREBRALES S'APPELLENT LES NEUROSCIENCES: LA DEMENCE.

“les traités américains successivement nommés DSM 1,2 et 3, ne voient qu'une solution pour protéger la population de cette forme de dégénérescence mentale : enfermer les porteurs du syndrome… et les accompagner jusqu'à la mort…”

Dans les couloirs, les hurlements Ne résonnent guère plus que très rarement, Car pour une seule question d'éthique, Le sédatif est devenu une politique.

Donnez-nous le pouvoir

Donnez-nous le pouvoir, juste une fois pour voire, l'abolition des devoirs Donnez-nous le pouvoir

A l'aube du 21éme siécle, il n'y a plus de démocratie, l'argent l'a anéantie Donnez-nous le pouvoir d'être entendu de l'état sans être un hors la loi Les mennottes aux poings, pour tous les citoyens, cela suffit comme ça A 20 ans tu hais la loi et tu te bas contre ça, à 40 ans tu baisses les bras Guerre des générations, conflit de complaisance, ce stade devient l'ultra violence

Un gouvernement qui d'un côté revendique le progrés scientifique Ce même gouvernement qui de l'autre côté applique le statisme économique Un tas de sac à vin qui se cache derriere des lois votées il y a 1000 ans déjà Un gros tas de bouffe assis sur des poufs, qui cuvent au frais des citoyens

Je hais les lois que m'inculque l'état, je hais les lois qu'on ne respecte pas Je refuse de vivre dans un système archaïque, les temps change mais pas les loies

Donnez-nous le pouvoir

Sous une pluie de loi, c'est une écatombe elles nous perçent comme des bombes Et à chaque coin de rue, elles vous tombent dessus, tout est défendu L'OEIL PERVERS,EPI TON UNIVERS DES CAMERAS UN PEU PARTOUT SUR TERRE, epi ton univers

Je hais les lois que m'inculque l'état, je hais les lois qu'on ne respecte pas Je refuse de vivre dans un système archaïque, les temps change mais pas les loies.

P: échelon

1947 la guerre froide fait rage Le colosse Etats-Unis craint la puissante Russie Il faut percer son blindage et découvrir son image Pénétrer ses pensées pour mieux la maîtriser

Le système n'offre que des avantages Intercepte tous les messages, en fait le décryptage 5 pays se sont réunis Mission accomplie échelon infiltre l'ennemi

Pourquoi s'arrêter en chemin, le programme marche si bien Le monde entier est maintenant prêt, à livrer ses secrets Terroristes, syndicats ou intégristes Echelon épie, observe et se diversifie.

Suit une sorte de réaction en chaîne Plus de limite, on décode par centaines par milliers peut-être même

Les satellites, en orbite, espionnent à tout va Et les codages, pris en otages, ne leurs résistent pas Les mots clefs servent à repérer Les messages que le programme doit contrôler L'émetteur géniteur est alors surveillé En quelques jours, en quelques heures échelon le connaît Plus de secret et plus de vie privée Tout est archivé sous un numéro de dossier

Il faut l'exterminer. Qu'échelon bug à tout jamais, à tout jamais. Pirater le système trouver la faille Kidnapper le secret dans ses entrailles AK47, M16 ou terroriste Ponctueront vos messages d'un acte de civisme Utilisons à profusion les mots clefs de la suspicion, Provoquons la saturation du programme échelon

Hey, hey, je vous demande d'informer Que tous les gens essayent ,de le pirater ,ou de le saturer Le bug mondial d'un programme à l'échelle internationale Qui ne sert jamais qu'aux états les plus développés Qui ne sert qu'à supprimer le privilège, de la liberté. Hey, hey, je vous demande d'informer Que tous les gens essayent ,de le pirater ,ou de le saturer

Mort au programme échelon Utilisons à profusion les mots clefs de la suspicion. Provoquons la saturation du programme échelon Utilisons à profusion les mots clefs de la suspicion. Provoquons la saturation du programme militaire échelon

Emeute

Scénario catastrophe aux portes de la ville rose 2 jeunes s'approchent discrètement d'une portière close Ces habitués du vol connaissent les artifices Pour s'offrir illégalement ce dont ils rêvent tant

Un témoin non complice, alerte la police Une arme au poing, un flic intervient Une lutte sans concession, précède la déflagration Le délinquant est découvert, son corps inerte à terre

Les barricades sont en feu La vengeance se lit dans les yeux Les pavés deviennent projectiles Le contingent : la cible Emeutes dans la ville

Le procureur de la république remet en cause L'assassinat du jeune délinquant de la ville rose Les instances invoquent la légitime défense Dans les rues la jeunesse manifeste sa violence

Voyou dans l'âme ou petit délinquant Méritait-il la mort pour autant ? Un émissaire de l'état s'est chargé L'espace d'un instant de le juger.

Ensemble

Boykott Le matin se lève et lui reprend le travail, Repart et prend d'un geste l'attirail Qu'il a préparé dans l'idée De contourner les lois et d'en jouer.

Un autre se réveille Et manifeste sa vision par du concret par des actions Un refus le plus total Une censure radicale aux symboles du capital.

Lui n'est pas non plus de ceux qui aiment à se taire Mais seulement il préfère déclarer la guerre Usant des armes qu'il n'aurait pas S'il restait dire non à tout ça. Il a décidé , d'empoigner, Le système par ses idées, Infiltrer son venin où ça fait mal Retourner à l'ennemi Ses propres balles

L'autre, écœuré, Combat chaque jour L'évolution d'un pauvre monde Il espère de tout son cœur, Une prise de conscience , Pour éviter la décadence.

hey, mais regardez Vous avez les mêmes idées Arrêtez de critiquer Affirmez vos idées Nous sommes si peu à croire Qu'on peut garder l'espoir Comparer n'avance en rien notre projet Ce n'est pas la forme qui fait le fond Mais bien le sens ou la raison Critiquer n'avance en rien notre projet On doit lutter, sans faiblir, Ensemble éviter le pire

Ensemble, éviter le pire ! ! !

Chacun sa façon de penser, Il faut créer l'unité L'essentiel étant d'agir pour éviter le pire éviter le pire

Le combat d'idées ne doit plus diviser L'un et l'autre sont désormais prêts Accepter les différences devient vite une évidence

Etat d'armes

37 milliards Pourquoi se priver d'argent et pourquoi se priver tout le temps Lui pour gagner, à sa façon de procéder Les limites il ne connaît pas, il est prêt à tout pour un contrat Le trafic illicite pourrait même lui faire perdre la tête Mais avec le bras qu'il a ,lui ne s'inquiète pas.

Des Indes en Birmanie, il s'est taillé une belle part de marché Du Pakistan en Arabie, la liste est longue je vous le dis La liste est longue, beaucoup trop longue, je vous le dis Il offre à la Turquie de quoi combattre l'ennemi Et les contrats se réitèrent à chaque déclaration de guerre

Admirez ses facultés à détourner notre attention Nous, les contestataires tous, nous le laissons faire Il empêche qu'on nous éclaire sur des années de carrière Qui l'assoient au 3eme rang des licites marchands.

C'en est assez, chaque seconde est comptée A l'heure ou je vous parle, il continue de tuer Le temps passe et ne s'arrêtera pas Comptant les balles qu'on n'arrête, qu'on n'arrête pas.

37 milliards d'armes par an, quittent la France impunément

La seule chose qu'il veut sauver, c'est l'image qu'il doit donner, Il utilise l'humanitaire, offrant son soutien militaire Il montre à la télé, de jeunes enfants estropiés Qu'il soigne régulièrement, malheureusement en amputant. Il offre à la terre entière son visage salutaire Les mines tuent des enfants, pendant que lui les vend C'en est assez, chaque seconde est comptée A l'heure ou je vous parle, il continue de tuer Le temps passe et ne s'arrêtera pas Comptant les balles qu'on n'arrête, qu'on n'arrête pas.

La Gerbe

A peine debout tombé du lit Jack Daniels son seul ami Eguaye sa vie morose, ses soucis, ses ennuis Ne retirant rien à sa connerie

Maintenant qu'il n'a plus d'amis Il va ballader sa connerie Faire chier tous les gens, les petits et les grands Les beaufs, c'est pas marrant, ça fait la gueule tout le temps

Sauf le dimanche sur les stades de france Une biére à la main, il trinque avec les copains Avant d'aller casser la gueule des basanés des raveurs, des punks, des noirs et des pédés Tu me fais gerber

Lundi, pour affronter le boulot Rien de tel que du blanc au goulot Ca rend agressif et ça donne la gueule de bois Mais tous les beaufs ils adorent ça

TOUS ENSEMBLE COMBATTONS L'INTOLERANCE

G - nome

Le génome est au cœur du débat A t'on le droit ou ne l'a t'on pas ? D'analyser nos empreintes génétiques Pour isoler nos caractéristiques

La biotechnologie se met à séquencer Nos chaînes d'acides aminés Rien ne peux plus les arrêter Dans leur folle quête de cloner .

La suite je vous laisse la deviner Les gênes a vendre sur le marché C'est dans les différences Qu'on cultive nos ressemblances Ils vont exterminer nos richesses L'uniformité tuera notre jeunesse. Il n'y a plus d'éthique Dans la génétique On applique la politique du fric.

Le génome nous menace

Dans quelques années nous seront identiques Tous le même code génétique Les reconstitutions microscopiques Des génies du diagnostic

Et au pouvoir de décevoir De juger le droit de cloner Allez, allez, allez refusez De vivre dans une telle société

H 200

Au stade de la trans, Les frissons commencent Chatouillant l'envie D'abuser des nuits de la vie C'est sans aucun doute les rois de la route Tourneront ce soir La dernière page de l'histoire

Compteur bloqué, vision troublée, Le rythme s'affole Pied au planché, déconnecté, Le tempo s'envole La vitesse grise l'envie D'éblouir de jouir De vivre intensément, L'inconscience du moment.

Un peu arrosée, Cette fin de soirée Monsieur se connaît bien Et connaît par cœur le chemin Pas peu fier de lui, invite ses amis A cette place de choix Pour ce césar du cinéma

On n'sais jamais évaluer le danger On n'sais jamais freiner pour s'arrêter On n'sais jamais où se trouve la limite On n'sais jamais (x2), où se trouve le point critique

La vie ne tient qu'à un fil Trop court et tellement fragile Terrible sensation de solitude et d'isolement Le coupable est seul face à la mort maintenant Plus question, de profiter et de jouir de la vie L'image en lui, de ses amis, gravée ici…

Crois-tu que cette terrible image de compassion Entraînera le peuple à retrouver la raison Si tu n'aimes pas la vie, pense à celles et ceux à qui Tu trancheras la gorge mon ami. Comme un film sans fin, un terrible destin Un autre prend sa chance et l'histoire recommence La portière se referme emprisonnant ainsi De nouveaux amis dans les mémoires d'une vie.

H200 l'alcool est au volant H200 tu sais ce qui t'attend……à 200 à l'heure….

Léonard P

Un peuple exproprié Une terre bafouée Des êtres vivants humiliés Résistent par les armes Mais aussi parfois les larmes Aux assauts répétés, aux assauts répétés Du FBI américain Bien décidé cette année là A nettoyer le Dakota De l'A.I.M Mouvement national des Indiens Pour la liberté des siens.

71 jours de combat Déboucheront devant la loi Sur un non-lieu comme il se doit Le FBI exacerbé Perd deux hommes à Oglala Dans de nouveaux combats

Prisonnier politique, D'un système démocratique Injustement condamné, Léonard Peltier Purge la perpétuité. L'agitateur est écroué A défié l'Amérique La peine est catégorique Pression du FBI Menaces fédérales

Miss Poor Bear l'accuse à tort Conférence de Rapid City Elle avoue avoir menti Mais le jugement n'est pas démenti.

Les temps Changent

Le rythme du cœur est le même Quelle que soit l'odeur de la peau Il bat toujours le bon tempo

Les cris, les pleurs N'ont pas toujours la même couleur Bien que physiquement idem Les humains ont créé LA HAINE, LA HAINE

Au goût si rance Du hit parade de la souffrance Le teint va decrescendo De la plus noire à la plus claire couleur de peau.

LES TEMPS CHANGENT La couleur n'est pas un critère Une option pour faire la guerre

Un jour aussi Les blancs pousseront des cris Les humiliés du passé Finiront bien par se venger.

Libre de penser

Permettez-moi d'expliquer, d'exposer toutes mes idées Elles ne peuvent pas rester cachées une éternité D'irriter les oreilles de ceux qui se mettent à genoux Devant une idole, un masque, ou un fou

Les écrits de la vérité Maintes fois falsifiés Conditionnent Les brebis égarées

L'histoire est écrite au passé, passé composé De larmes et de haines, de cris et de peines Où se trouvent les images paradisiaques du bonheur Que les prieurs implorent tous les week-end à l'aurore

Stop ! cessez d'espérer, ce paradis promis. La vie que j'ai ici sur terre ressemble à l'enfer.

Des chaînes brisées, vient la liberté Le droit de s'exprimer, sans être opprimé Des chaînes brisées, vient l'égalité Le choix de s'affirmer sans crainte du rejet Liberté d'émettre ses pensées Liberté de croire en ses idées Liberté de controverser Sans le lire dans des versets

Permettez-moi de douter encore de m'interroger Sur l'existence probable ou pas de ces divinités Si pures sont les colombes des maîtres du monde Que je n'y vois que le reflet du sang de la paix Libre à vous de croire En quelque chose d'abstrait Libre à vous de voir En lui ce qu'il vous plaît Libre de penser Et quelle liberté ! ! !

Cette soif d'unifier, cette envie de procréer N'ont conduit qu'à des guerres, qu'à de grandes épopées… Regardez, regardez partout autour de vous Les religions continuent de mettre au monde des fous Ecoutez, écoutez les cloches s'éloigner La jeunesse ne croit plus en votre intègre société

Lobotomie collective

La 1ére fois que l'on fait un pas Dans une école aussitôt 20 ans de colle Il faut rentrer dans la conformité L'originalité est un ennemi juré

Vous apprendrez quelques années après Que dans la vie on ne fait pas ce qu'il nous plaît C'est ce jour là, que se décidera Vos avenir pour le meilleur ou pour le pire

Manipulé, préprogrammé par une société qui nous impose de se ressembler

LOBOTOMIE COLLECTIVE CONDITIONNEMENT CEREBRAL CLONAGE MENTAL

Passer du bon temps sur cette putain de Terre Ne veut pas dire extraordinaire Je voulais juste savoir lire et écrire Comprendre mais ne plus jamais apprendre des conneries

LOBOTOMIE COLLECTIVE CONDITIONNEMENT CEREBRAL CLONAGE MENTAL JE REFUSE D'ETRE BANAL JE N'SERAIT JAMAIS UN ANIMAL

Love parade

PEUR , la France à peur Au nom de la tolérance Acceptez la différence…ACCEPTEZ Défilé mondial contre l'intolérance, Le Beat résonne aux 4 coins de la France, Une Love Parade dans la ville, Le carnaval du sexe défile.

Habillé en drag-queen, les hommes s'exhibent Objet du fruit défendu, les femmes à demi nue

PEUR la France à peur PEUR de voir disparaître les valeurs PEUR de bousculer la morale et l'honneur PEUR de déranger l'immense tradition et ses décorations…. LA FRANCE A PEUR

Marche nationale au son du déguisement, Le mouvement reste pacifiste pour l'instant, Un jour viendra ou la colère, Le transformera en homme de fer.

ACCEPTEZ…ACCEPTEZ..ACCEPTEZ-LES !!!

Manipulé L'information est tombée, Panique sur les écrans de contrôle Tout le monde s'affole Qui va tout gérer, qui va présenter, Qui va diffuser le premier Scoop à la télé, l'info est plombée, Qui a censuré la vérité

Guerre des nerfs

Obnubilé, l'œil rivé, l'esprit focalisé Sans réaction ni même d'intuition Empaffé, il digère à fond l'information Eh! Eh! il se lève de son canapé Eh! sans une critique Le public a la trique, nique ! Il jouit de la vie, Victime complice de l'acte terroriste.

Guerre des nerfs, la caméra s'empare D'une part de pouvoir Guerre des nerfs, les images s'enlisent Dans cette situation de crise.

Un sourire se glisse sur un visage que pas un trait ne crispe pendant que les lueurs De son écran couleur éclairent son dos des visions d'horreur des reflets de la peur.

Non! non! l'esprit critique Doit prendre position. Non, crions non! à de telles démissions. Il est si facile de se laisser faire, De se laisser faire, Quand on préfère se taire. Non! non! au monopole des émissions, Non! Non! à cette manipulation. Non! manipulé. Voir ça de près Y voir de plus près J'aimerais voir ça de plus près.

Marginal

Je n'ai pas toujours fait Ce que tu voulais de moi Je ne suis pas devenu Ce que tu voulais non plus

Tu m'avais prédit De réussir ma vie Marginalisé Pour toi, je l'ai ratée.

J'aurais dû travailler Je préférerais jouer J'aurais dû apprendre A me taire sans comprendre

Mon maître me disait De la fermer sans arrêt L'école voulait de moi Ce que je ne voulais pas.

Perdu je ne suis pas devenu Un enfant de la science ou de la vertu Je ne serais jamais un singe savant Un intello coincé, je préfère m'éclater. DESOLE, le chemin de la gloire ne m'étais pas tracé DESOLE, vous n'épaterez pas les voisins du quartier.

Musiciens, jongleurs Amis des arts de la vie Il est temps de fonder Le plus beau des partis Le mouvement mondial De l'art international L'anti-préjugé De la marginalité Un anti-préjugé de la marginalité.

Ma vie n'a pas de prix

Quand tu me vois dans la rue Le regard perdu, n'ai pas pitié de moi Car de tous c'est le pire Des sentiments que tu portes Que tu me portes Dis moi que fais tu de ta vie Tu n'a rien compris L'argent c'est fini Et toi, aussi riche que tu sois, même si elle est pourrie MA VIE N'A PAS DE PRIX

Je vis pour mes idées, je ne suis pas opprimé Respecte ma liberté Je préfére l'amitié ou une bonne biére Plutôt que la pitié

Si tu acceptes de me faire un discours sincére Toi tu as tout compris Vogue, vogue la galére tous ensnble sur la Terre Le respect, c'est la vie Ma vie, ta vie, chacun vie sa vie L'argent ma tout pris Mais moi aussi pauvre que je sois, même si elle est pourrie MA VIE N'A PAS DE PRIX

Mea culpa

Certaines personnes s'amusent à crier haut et fort qu'ils enculent sans pitié, qu'ils niquent sans être niqués et vous font la leçon,paradoxale illusion de prôner le respect, l'amour et l'égalité.

une évidente dualité entrechoque tes idées hey, hey, fais gaffe à ce que tu fais. Il est beau de prôner le respect, l'amour et puis la paix Hey, hey, ce n'est pas ce que tu fais.

MEA, CULPA, MEA CULPA a croire que ça te plait de forcer la femme au respect ta vision du respect tu aimes la faire appliquer au pied et à la lettre par la force de ton sexe

l'attitude adoptée est souvent symbolisée par virilité, violence et puis fierté. pouvoir ou décision, alors que tout au fond Ils espèrent à tout jamais apprendre à accepter.

comment rester de glace quand tu perds la face, hey, hey il te reste les menaces. accepte d'écouter la réalité et petit à petit, le respect prendra place.

crois-tu vraiment , qu'un tel comportement Honore ton image pour celle qui partage, ta vie de tous les jours, avec ou sans amour ta vie de tous les jours, celle des longs discours. ta vie de tous les jours, avec ou sans amour hey, hey tu as tendance à oublier Qu'elle aussi à le choix, de vivre comme toi que ça te plaise ou pas, elle a aussi le choix tour à tour, vous jouez de bravoure, mais le dernier mot, tu le tatoues sur sa peau et le compte à rebours, lui continue toujours et le compte à rebours, étouffe son amour.

Narco

Effusion de sang, saigné par un enfant, un touriste américain Regrettera toute sa vie son voyage en Colombie Maudira toute sa vie son ennemi Pour une poignée d'argent, ils tuent impunément les gringos américain Qui viennent les poches plein de billets, voire ce qu'ils ne verront jamais dans leur pays

Un enfant livré à lui même devient un animal sauvage prés à tuer pour manger

Au royaume de la drogue, des macs, des prostituées, il faut bien mangé Alors pour les enfants, il y a les mines et le charbon Et les feuilles des plants de coca

Il faut descendre en bas et supporter tout ça Le petit gamin qui s'y refusera n'aura plus le choix Que de sortir son couteau et sauver sa peau

NARCO TRAFIQUANT NARCO STUPEFIANT le petit Pablo travailleur clandestin pour sauver sa peau deviendra un jour

Narco trafiquant au grés de ses parents, il gagne beaucoup d'argent Si jeune et maintenant si puissant Le petit Pablo, s'il a sauver sa peau deal de la coco Tout ce qu'il voit de son oeil l'améne droit dans un cerceuil

Panique

Course folle dans la rue, une jeune fille coure pour sa vertue Poursuivie comme son ombre, par un être immonde A l'entrée d'une avenue, tout semble déjà perdu Loin, loin d'être sauvée, elle semble s'arrêter La panique l'envahie, ce n'est surement pas l'envie Mais la peur de son ennemi qui lui arrache ses cris Frappée, rouée de coups elle ne résiste pas beaucoup La belle désabusée va se faire violer

PANIQUE

Aussi cruelle soit-elle, la mort est éternelle Pendant qu'il court en liberté, on éspère l'arrêté Mais même dans le pire des cas, s'il n'est ni riche ni soldat Son vice sera condamné à quelques années C'est malheureux mais c'est comme ça, en France il existe des lois Qui n'ont pas évoluées depuis trop d'années Croyez-vous qu'en ce temps là, les femmes faisaient la loi Croyez-vous qu'en ce temps là, les femmes avaient des droits

PANIQUE

Mes pechés

L'extrême fierté de ma personne ennorgueilli ma vie D'un sentiment de force, Qui me pousse à convoiter autrui et tout ce qu'il y a chez lui Pour satisfaire l'envie. MES PECHES, MON VICE

L'avarice qui me caractérise vis à vis de l'argent Devient vite répugnante, Mais bien moins que mes jeux érotiques Ou mes expériences de plaisirs physiques.

ROI DES VICE ET DES FRUITS DEFENDUS JE SUIS L'UNIQUE ET LE SEUL ELU DESORMAIS AU POUVOIR PERSONNE NON PERSONNE NE M'ARRETERA PLUS. Nommé au poste principal De président directeur général.

La paresse m'aparaît comme une offence inéluctablement Conduisant à la méfiance, Quand à l'être pervers que je suis Attention mes amis de ne pas me contrarier, Ma colère deviendrait aussitôt noire Et pour vous le seul espoir de la voir s'apaiser, Serait d'offrir à ma gourmandise, Une orgie de friandises et des mêts à volonté.

Plus de bruit

PLUS DE BRUIT Du bruit,Du bruit,Du bruit, + de bruit + de bruit du bruit (+ + +)

Le couvre feu est aboli depuis 20 ans dans le pays Pourtant 22h passé, moindre bruit c'est les kondés De pétitions en pétitions, c'est moi la terreur du quartier Mon boulot c'est de gueuler, le bruit c'est ma spécialité

+ de bruit du bruit (+ + +)

Tous les cons sont conditionnés par cette putain d'autorité Qui interdit toutes les nuits à tous les jeunes de faire du bruit Le mot d'ordre dans les mairies, c'est plus de concert pendant la nuit Plus de concert, plus de bruit mais + de cons dans les mairies

+ de bruit du bruit (+ + +)

De New York à Paris en passant par l'Asie D'Oslo à Prétoria escale à Panama De Rennes à Marseille un seul bruit nous réveille Le bruit de la jeunesse dans la rue est un SOS + DE BRUIT DU BRUIT !!!

Polluée par le fric

Les grandes industries nous parlent de recycler Les hommes politiques luttent contre les déchets De colloque en meeting, l'ozone disparait L'océan, la poubelle du monde, se remplie (de saloperies)

Les agriculteurs tuent la nappe fréatique Toutes les riviéres noient les produits chimiques De vastes décharges camouflent nos détritus Peu à peu la Terre s'autodétruit

Stoppez les devises biologiques Arrêtez la pollution chimique Stoppez les discours sans avenir Arrêtez, il va falloir agir il faut s'attendre au pire

Les gros porte-feuilles polluent l'environement Qu'est-ce qu'un hectare de terre face à l'argent Quand un permis se paye en million de francs Pendant ce temps la Terre se détruit Pollué par le fric et la connerie

DANGER industries chimiques DANGER hommes politiques A grand coups de pelles dans une grande poubelle DANGER la Terre: contaminée !!! POLLUEE PAR LA FRIC

Rouge

Rappelez-vous Quand l'armée rouge de Moscou Ecrasait en 68 Dubcek au nom des soviétiques

Parade exemplaire De la force militaire Les chars piétinent la ville Du printemps de l'impossible

Place Tien an men La colère reste la même Au nom de la démonstration Les chars stoppent la révolution

ROUGE on écrase la révolution exemplaire démonstration on écrase la révolution l'état n'accepte pas l'état n'accepte aucune contestation v Karl Marx prônait La lutte des classes à tout jamais La dictature échouera Ou Zapata triomphera !

Solidarité II

J'ai déjà fait une croix sur un bel avenir J'ai déjà fait une croix sur les jours à venir Ne me parlez plus de solidarité Chacun pour sa peau, il n'y a plus que ça qui plaît !

Ne me parlez plus de solidarité Dans un pays où l'on évite de regarder Une fille se faire violer, un SDF crever Une mére emprisonnée qui volait pour manger

Pendant tout ce temps derrière un écran On parle de statistique ou de flux économique Les valeurs humaines ne sont pas côté en bourse Peut-être q'un jour, nos vies seront un placement

Qui peut-être fièr de gagner de l'argent Qui peut-être fièr le gagne sur le dos des gens SOLIDARITE envers les sans papier SOLIDARITE pour les clandestins, les réfugiés SOLIDARITE pour tous ceux qui n'ont rien SOLIDARITE pour le jeune qui tend la main

Quand le sang coulera le long de son bras L'égoïste en personne à ce moment regrettera Un roi décapité le peuple l'a déjà prouvé Ceux qui ont trop d'ambition finissent un jour par payer

Victime du vice

Le poison qui coule dans ton bras Fera, fera de toi, un esclave, une proie Maître de ta vie cérébrale, le produit te fait du mal, Une dose primordiale. Détachée de la réalité, l'existence est dominée, Par la nécessité, satisfaire tes obligations, Rituel du sacrifice et flash à volonté.

Victime du vice, de l'arme blanche du risque, De la décadence améliorée VICTIME DU VICE.

Prisonnier de la dépendance, Peut-on prôner cette substance Et oublier tous ses méfaits. Oublier qu'au niveau de l'enfance, Les novices sont condamnés à la perpétuité.

L'illusion du bien-être des sens Cache l'effervescence, Un mal qui pourrait te tuer Adieu si tu te laisses tenter Bien plus que l'indépendance Tu perds le contrôle de tes sens.

paroles/tagadajones.txt · Dernière modification: 2014/04/30 15:51 (modification externe)