Outils du site


paroles:partisans

Paroles

Les Partisans

Réveille toi !

Tôt le matin tu te lèves endormi, il fait encore nuit. Douche glacée et café sucré, elle dort encore. Vite habillé un dernier regard, elle semble encore rêver. Une impression qui te serre le cœur, un regret. Ding dong ding dong. Il faut se lever. Aller travailler. Je préférerait être là. Encore un peu plus dans tes bras. Pas à pas sous les lumières de la ville, mécanique. Tu montes dans le bus tel un zombie, autour de toi Des gens assis que tu ne vois pas, la tête ailleurs Dans les bras de ta copine, embrasse-la. Devant les grilles le brouillard se lève, on voit l'usine Qui avale la marée humaine, prends le tract. La sirène retentit en rythme les machines, un regard complice D'un vieux qui lève son poing recouvert de cambouis, tu fais comme lui.

Assez ! Assez !

Il y a des jours on se sent damnés. Il paraît que nous ne sommes pas bien nés. Chaque jours qui passe -chacun à sa place. Les médias contrôlés -pas question d'effrayer. La bourse et les patrons -au nom de la spéculation. Le bon droit des marchés -pour nous c'est de crever. Assez assez. De cette société qui n'offre que le chômage et la précarité. La pression monte entendez vous gronder. Il y a des jours on se sent damnés. Il paraît que nous ne sommes pas bien nés. Chômeurs aux assedics -et guerre économique. Adopter le profil bas -pour la tête de l'emploi. Je préfère encore crever -que de vivre résigné. La tête entre les épaules -de peur de vouloir changer. Il y a des jours on se sent damnés. Il paraît que nous ne sommes pas bien nés. Licenciement en masse -et classe contre classe. A force de prendre des coups -on sera prêts à tout. Il y a des jours -on pourrait tout casser. A force d'entendre dire -que rien ne peut changer.

paroles/partisans.txt · Dernière modification: 2014/04/30 15:51 (modification externe)