VII - Éloge de l'ombre (Rap français, 2015)

VII - Éloge de l'ombre (Rap français, 2014)
 

Le rappeur VII est prolifique avec un album sorti par année depuis 2007, chaque fois en autoprod sur son label Rap Revenge. Son univers horrifique s'est politisé au fil des sorties avec un premier titre sur Inferno 1 (La mort d'un monde). Un tournant musical s'est opéré à partir de Inferno 2. Les samples sont devenus plus mélodiques et mélancoliques. Le discours continue de se politiser (Funeste empire) contrastant avec une forme de nihilisme macabre des textes venant tout droit des plus macabres films d'horreur. 


Cet éloge de l'ombre est un album au discours anti-système où ont disparu les allusions morbides. Mais ce mot fourre-tout est aujourd'hui connoté à la nouvelle image polissé que tente de montrer le FN ou la vague rouge-brune de Soral, à laquelle VII ne doit pas être affiliée :

Vendre mon âme, à l’arrivée quel or j’aurai ?
Entre le nord de la Corée, la Grèce de l’aube dorée
Choisir quoi entre Valls et Bonnet de Soral
[...]
Si la vague est bleue Marine : j'irais à contre-courant
(Printemps Tardif)

Y’a même des rouges qui surfent sur le site F de souche
[...]
Alors tu trouves Marion Maréchal mignonne
Un coup de batte en aluminium
(Infréquentable)

VII n'essaie pas de véhiculer un discours idéologique, mais ont peu rapproché son propos de l'antifascisme avec des références aux mouvements d'émancipations du type ETA (Printemps Tardif) ou de la résistance Palestine avec un hommage à Georges Ibrahim Abdallah enfermé depuis 1987 sans preuve sur des meurtres commis ou de leur complicité.

Les textes sont accompagnés de samples mélancoliques efficaces qui collent parfaitement aux textes. Un album que j'écoute en boucle. Le meilleur album de VII. Dommage qu'il n'y ait pas de version vinyle de prévue.

Partager cet article : Articles similaires
Ajouter un commentaire