L’OMS, un grand corps malade ? de Lilian Franck (Documentaire, 2016)

L’OMS, un grand corps malade ?

Une organisation sous-financée, soumise aux pressions de ses États membres et de l'industrie : au terme d'une enquête obstinée, un diagnostic inquiétant sur une Organisation Mondiale de la Santé mal en point.

Sur quels critères l'Organisation mondiale de la santé (OMS) élabore-t-elle ses recommandations ? La réalisatrice Lilian Franck a cherché à savoir si cette institution onusienne chargée de définir des normes sanitaires s'appliquant au monde entier avait les moyens de bien remplir sa mission. Le résultat de ses investigations, menées plusieurs années durant, est édifiant. Les intérêts privés infiltrent une OMS sous-financée. L'organisation manque de pouvoir, de transparence, et sa volonté de ménager les susceptibilités de ses 61 États membres – et contributeurs – entrave sa communication. Pas une critique, par exemple, contre le gouvernement japonais qui a pourtant sous-estimé la nocivité des radiations juste après la catastrophe de Fukushima, et n'a pas pris les mesures d'urgence nécessaires. Qu'il s'agisse du tabac ou de nucléaire, l'OMS a souvent minoré les risques. Il arrive aussi qu'elle les exagère, comme dans le cas de la grippe H1N1, ce qui a largement bénéficié aux fabricants de vaccins.

Malaise
Au fil d'une enquête obstinée, Lilian Franck s'est entretenue avec des activistes, des scientifiques, des journalistes d'investigation et avec Germán Velásquez, l'ancien directeur du programme de santé publique de l'OMS, très critique à son égard. Elle a aussi obtenu de haute lutte des interviews avec des responsables de l'organisation, en poste lors du tournage. Leur agacement, leurs dérobades, voire leurs fins de non-recevoir, en disent long sur le malaise qui semble régner dans l'institution.

Voir le documentaire en intégralité :

Partager cet article : Articles similaires
Ajouter un commentaire